Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

les deux rédactions qu’il nous reste à voir sont plus étendues que la précédente, et nous montrent mieux comment le remanieur a combiné ensemble, non seulement la première et la troisième partie de notre chanson, ainsi que l’a déjà remarqué M. Léon Gautier, mais encore la cinquième, car c’est dans celle-ci que se trouve la mention du mariage de Blanchefleur, sœur de Guillaume, avec Louis, mariage raconté par les remaniements.

Constatons encore que ces mêmes remaniements, pas plus que les autres textes que nous avons déjà vus, en prose ou en vers, sauf le début du Charroi de Nimes ne font aucune allusion aux expéditions de Guillaume en Italie contre les Allemands.

Tous ces faits s’expliquent parfaitement si on admet ce que j’ai établi plus haut, et que je crois incontestable, à savoir qu’il a existé des rédactions de notre poème où l’ordre des parties était interverti. Le combat de Guillaume tenait le premier rang, puis venaient toutes les luttes de la royauté contre la féodalité, et enfin les expéditions des Francs en Italie contre Gui et Otton. Cette circonstance explique :

1° L’ordre suivi dans le début du Charroi de Nimes ;

2° La version du ms. 1448, qui n’a eu qu’à supprimer la première et la dernière partie du poème, suppression qui aurait été moins simple si ces parties avaient été enchevêtrées dans les autres ;

3° Pourquoi, dans tous les textes en prose que nous avons, la lutte contre Corsolt tient le premier rang ;