Page:Lara - Contribution de la Guadeloupe à la pensée française, 1936.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
36
CONTRIBUTION DE LA GUADELOUPE

J’aime, oh ! j’aime avant tout, la sensible Créole
A la paupière noire, à la taille espagnole,
Doux trésor de pudeur, d’amour et de beauté,
Le front ceint d’un madras plein de coquetterie,
Berçant dans un hamac sa molle rêverie
Et le dolce farniente.