Page:Lara - Contribution de la Guadeloupe à la pensée française, 1936.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

38

CONTRIBUTION DE LA GUADELOUPE



sur sa tombe, pleurant le compatriote et l’ami, saluant l’écrivain qui s’en allait en pleine gloire.

Un auteur, parlant de Julien de Mallian, s’exprime ainsi : « Il a été un des meilleurs et des plus féconds dramaturges à l’époque où l’on prenait encore souci du théâtre et où les œuvres dramatiques étaient considérées comme des œuvres littéraires. »

En décembre 1904, le Théâtre des Batignolles-Monceau donnait Marie-Jeanne avec grand succès, — cinquante-neuf ans après ! — et, en mai 1935, l’Odéon ayant remonté avec succès les Deux Orphelines, M. Edmond Cleray, dans le Miroir du Monde (8 juin 1935), a écrit : «…A quand la reprise de Marie-Jeanne ou la Femme du Peuple ?… »




LE MAUVAIS GÉNIE

(Personnages : Rémy, Bertrand)


RÉMY

Eh ben, eh ben… ma vieille… te v’là donc incorporé… Te v’là en puissance d’épouse !

BERTRAND

Bon !… tu vas recommencer tes plaisanteries ? toi !

RÉMY

Moi, fi donc !… frapper un ami… par terre, un ami aplati… jamais ! Seulement j’adore les femmes, mais j’abomine les épouses… Se marier, mais c’est dire adieu au plaisir, à l’indépendance, à la loupe… à tous les bonheurs de la terre !… Aussi, c’est bien malgré moi que tu confectionnes c’te bétise-là… j’peux pas voir un mariage de sang-froid, moi… Si j’avais été là, mon père ne se serait jamais marié !

BERTRAND

Et ça serait dommage, car ça ferait un fameux mauvais sujet de moins… Mais moi, vois-tu, c’est différent, j’aime Marie Jeanne !

RÉMY

Ah ! bah !