Page:Larive - Dictionnaire français illustré - 1889 - Tome 2.djvu/942

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Fig. La maison que l'on habite Revoir ses -p énates.. PENAUD, AUDE (vx fr. pemeux de peine), adj. Embarrassé, honteux, interdit Être tout penaud.

  • PEN-BAS (bas bret.), sm. Gros bâton

recourbé en crosse dont se servent les pay- sans bretons. PENCE fpen' s'] (mot angl., pluriel de Penny.) (V. ce mot.) 1 PENCHANT, ANTE (pencher), adj. Qui penche, qui est incliné bfaisott pen- chante. Fig. Qui est sur son déclin In- stitution penchante. 2. PENCHANT {penchant 1), sm. Sol incliné Le penchant d'une colline. Il Etre sur le penchunt de sa ruine, sur le point d'étre ruiné ou détruit. Fig. Déclin Le penchant de la vie. Il Force intérieure qui vous pousse vers quelqu'un ou quelque chose Il a du penchant pour la musique. - P ENCHÉ, ÉE [pencher), adj. Qui n est pas d'aplomb, incliné Ga tour penchée de Pise. Fig. Qui tend vers. Il Airs pen- chés, mouvements affectés de la tète ou du C°PENCIIEMENT (pencher), sm. Action de pencher. Il Etat d'un corps qui penche Le penchement d'un édifice. PENCHER (1. pendicare), vt. Mettre un objet hors de son aplomb, l'incliner Pen- cher un va.se. Il Faire tendre versPencher quelqu'un à son opinion. i. Etre hors de son aplomb, être en pente Ce mur pen- che. Il Tendre vers, être voisin de Pencher vers sa ruine. Il Être posté à Pencher vers l'indulgence. Se pencher, vr. Se baisser, s'incliner Se pencher sur le parapet d'un pont. Penchez-vous un peu à droite. Der. Penchant 1 et 2, penché, penchée, penche- ment. Même famille Propension. PENCO (Rosina), cantatrice distinguée, née à Naples en 1830, qui obtint de très grands succès à Paris, à Madrid et en PENDABLE (pendre), adj. 2 ,g. Qui mé- rite d'être pendu Utc homme pendable. Il Qui rend digne de mort Un cas pendable. Il Jouer à quelqu'un un tour pendable, lui faire une méchanceté insigne PENDAGE (pendre), sm. Inclinaison des filons d'une mine, des lits d'une carrière. PENDAISON, sf. Action d'attacher au gibet: La pendaison,abolie en France comme dernier stepplice, existe encore en Angle- PENDANT (p. pr. de pendre), prép. Tout le tcmps de la durée de Pendant le carême. PENDANT QUE, loc. conj. Tout le temps que Pendant qu'il joue. 2. PENDANT (p. pr. de pendre/, sm. La partie verticale du ceinturon ou du baudrier, qui supporte l'épée. Pendants d'oreilles, parures attachées aux boucles d'oreilles. Il Deux objets d'art qui forment la paire Il me faudrait le pen- dont de ce candélabre. Il Se dit de deux hom- mes, de deux choses de même valeur Il n'a pas un pendant sur la terre. 3.PENDANT.ANTE (p. pr. de pendre), adj. Qui pend pendant par racines, les blés, les fruits non encore récoltés. Fig. qui menace, qu'on n'a pas fini de juger: Procès pendant. PENDARD, ARDE 'pendre), s. Coquin, scélérat C'est un grand pendard. (Fam.) PENDELOQUE (pendre' + loque), sf Lambeau qui pend d'un habit dechiré. Il Morceau de cristal taillé en poire et attache il un lustre. Il Pendant de boucles d'oreilles Des pendeloquesde diamants. PENDENTIF(pendre), sm. Portion trian- gulaire formant en quelque sorte un des pieds d'une voûte sphérique dont certaines parties ont été enlevées par des plans ver- ticaux. Les pendentifs se trouvent placés dans les angles que forme la voûte à ses points de naissance. Il Clef pendante ou cul- PENDANT de-lampe que présente une voûte au point de rencontre de ses nervures diagonales. Les pendentifs ont commencé à être en usage dès le début de la Renaissance, vers la se- conde moitié du xve siècle, et ils existent presque tou- jours dans tout édifice datant du xvie siècle. Les pendentifs sont excessive- ment dévelop- pés et travaillés avec recherche aux voùtes de l'église Saint- Eustachede Paris. La pré- sence de ces ornements in- dique toujours une construc- tion faite sous l'influence de laRenaissance.

  • PENDERIE

( pendre ) sf. PENDENTIF (P) Action de pen- dre Sous l'ancien régime, les penderies étaient fréquentes. PENDEUR (pendre), sm. Bourreau qui

  • PENDILLANT,ANTE (pendiller), adj.

Suspendu en l'air Des haillons pendillants aux devantures des marchands d'habits. PENDILLER(fréquentatif de pendre), vi. Etre suspendu en l'air et agité Des loques pendillexzt aux fenétres dans les quartiers pauvre.s. PENDJAB ou PANDJAB (paye des cinq rivières), 92 j62 kilom. carrés, hab., région du N.- O. de l'Hindoustan, entre l'Afghanistan et la rivière Sutledge. Elle forme un Etat indigène tributaire de 1 em- pire britannique. Ch. -l. La/tore..

  • PENDOIR {pendre), sm. Crochet auquel

on suspend la viande. PENDRE (1. pendere), vt. Attacher un objet par sa partie supérieure, la partie in- férieure restant libre Pendre des raisins au plancher. il Étrangler quelqu'un en l'at- tachant à une corde qui lui serre le cou Pendre un criminel. Il Cet homme ne vaut pas la corde pour le pendre, il ne vaut rien. Il Dire pis que pendre de quelquun, en dire tout le mal possible. l'i. Etre suspendu Une lampe prend au plafond. Fig. Etre toujours pendu aux côtés de quelqu un, le, suivre partout. Il Cela lui pend au nez, cela le menace. Il Etre pendant Ce procès pend toujours. il Descendre trop bas Votre robe pend. Se pendre, vr. Se suspendre Se pendre par les mains il un arbre. il S'étran- ger en se suspendant une corde Il se pendit de désespoir. Dér. Pendaxzt 1, 2 et 3, pente, pendage, pentloison, pendable, pendard, pendante. pendentif, penderie ,pen- deur, pendoir, pendzlles, pendillant, pendil- lante, pendu, pendue. pendule 1 et 2, pen- cher, etc., pendulaire. Comp. Dépendre et 2, clépens, tlépense, dépenser, dépensier, dépensière, dépendant, dépendance, dépen- damment:indépendant, indépendance, zndé- pendamment; suspendre, suspens, suspension, suspensoir. Même famille Propension, per- etc.; penser, etc. PENDU, UE (pendre), adj. Suspendu, attaché Un vieil habit pendu à zen clou. Provo AUSSITÔT PRis AUSSITÔT PENDU, se dit d'une décision très prompte. Avoir LA LANGUE bien pendue, parler avec facilité. S Personne qu'on a, pendue ou qui s'est pendue Détacher un pendit. Fig. Avoir de la corde de pendu dans sa proche, avoir de la chance au jeu. || Etre sec coxnxne un pendu, être extrêmement maigre.

  • PENDULAIRE (pendule), adj. 2 g. Qui

a un mouvement analogue à celui d'un pen- dule Appareil pendulaire. i 1. PENDULE (1. pendulum; de pendere, étre suspendu), sm. 'l'out corps solide libre- ment suspendu à un axe horizontal et qui, lorsqu'on l'écarte de sa position d équilibre, s c'est-à -dire de la verticale passant par son centre de gravité, exécute de chaque côté de cette verticale une suite indéfinie d'oscilla- tions. Un pendule tel que celui que nous ve- nons de considérer est ce que l'on nomme un pendule composé. Par opposition, on ap- pelle pendule simple un pendule idéal con- sistant en un point matériel lié à un axe de suspension horizontal par une tige infini- ment mince et sans pesanteur ou par un fil inextensible, cette tige ou ce fil étant per- pendiculaire à l'axe. On démontre en méca- nique que si du centre de gravité d'un pen- dule composé quelconque, on abaisse une perpendiculaire sur l'axe de suspension de ce pendule, il existe sur cette perpendicu- laire un point qui se meut comme s'il était entièrement libre et qu'il formât un pendule simple. Ce point une fois déterminé, l'étude du mouvement du pendule composé est ra- menée à celle d'un pendule simple. Par des considérations dans lesquelles il nous est impossible d'entrer, on démontre en méca- nique que, si l'on désigne par t la durée d'une oscillation entière d'un pendule sim- ple par l la longueur de la tige de ce pen- dule par g la valeur de l'accélération due à l'attraction terrestre; et par n le rapport de la circonférence du cercle à son diamètre, on a pour la durée d'une oscillaiion Lorsque l'amplitude des oscillations est suffisamment petite et ne dépasse pas 4 ou degrés de chaque côté de la verticale, les oscillations de pendule sont isochrones, c'est-à-dire s'effectuent toujours dans le même temps, bien que l'arc décrit par le point constituant le pendule simple, soit plus grand ou plus petit. C'est à Galilée que l'on doit la découverte de l'isochronisme des pé- tites oscillations du pendule, et c'est au géo- mètre Huyghens qu'est due l'application du pendule compose à la marche des horloges, Huyghens ayant songé à profiter, dans ce cas, de l'isochronisme des petites oscilla- tions. Il Pendule balistique, pendule com- posé à l'aide duquel on mesurait autrefois la vitesse des projectiles. Il consistait en une caisse en bois et remplie de gravier, pouvant tourner librement autour d'un axe horizontal de suspension. On lançait un projectilc con- tre l'une des parois de la caisse; sous son impulsion, celle-ci se mettait à osciller, et de la connaissance de la durée des oscilla- tions on concluait la vitesse du projectile. Il Fig. 1. PENDULE A GRIL Pendule compensateur, balan- cier d'une horloge qui est un pendule composé, dont on s'est arrangé de manière à. rendre les oscillations de mêmedurée, en faisant en sorte que l'un de ses points, appel- centre d'oscillation,demeure toujours à la même distance de l'axe de suspension, malgré les chan- gements possibles de la tem- pérature qui allongent ou rac- courcissent la tige du pendule. Il existe un très grand nombre de pendules compensateurs par exemple le pendule à ,gril, le pendule de Graham, le pen- ducle à lames compensa- trices, etc. Le pendule à gril (fig. 1), imaginé par Julien Leroy, horloger français, se compose d'une lentille ronde reliée à l'axe de suspension au moyen d'un châssis formé de tiges métalliques, les unes eu fer et les autres en cuivre. Ces tiges suppor- tent à leurs extrémités des traverses hori- zontales, dont les unes sont soudées avec elles et dont les autres sont simplement po- sées sur elles. Grâce a cette disposition, quand la dilatation allonge de bas en haut les tiges de fer, elle allonge en sens con- traire les tiges de cuivre, et en combinant convenablement les proportions de ces deux sortes de tiges on obtient ce résultat impor- tant que la position du centre d'oscillation demeure invariable. Le pendule de Graham (fig. 2) se compose d'une tige en fer portant en guise de lentille, à sa partie inférieure, une fiole de verre qui contient du mercure.