Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

des terrasses avec doubles cheneaux, qui entretiennent une humidité constante sur les voûtes.

Là commencent déjà les mutilations innombrables que Notre-Dame a subies depuis, car ces grandes fenêtres ogivales, non concentriques avec les anciennes, outre qu’elles ne sont pas en proportion avec tout ce qui les entoure, sont une cause de ruine pour l’édifice, et à laquelle il est difficile d’apporter un remède efficace.

Soit que les portails des transcepts n’aient pas été achevés ou même construits par Maurice de Sully, soit que leur décoration ne fût plus dans le goût du XIIIe siècle, soit que les fenêtres de la nef et du chœur ayant déjà été agrandies, fissent paraître trop petits les jours du transcept, c’est en 1257, sous le règne de Saint-Louis, que Regnault de Corbeil, évêque de Paris, fit élever ou refaire par maître Jean de Chelles le portail méridional du transcept, ainsi que le constate l’inscription curieuse que l’on y voit encore, malgré toutes les mutilations qu’elle subit chaque jour[1]. Tout le premier système d’architecture fut modifié, et des roses furent substituées aux fenêtres.

Jusqu’en 1270, les bas côtés de la cathédrale n’étaient pas ornés de chapelles, cette disposition plus simple et plus grandiose fut abandonnée à cette époque. Jean de Paris, archidiacre de Soissons, mort vers 1270, légua cent livres tournois pour élever ces chapelles[2] qui furent construites entre les contreforts, et ornées extérieurement de pignons et statues[3]. Il est probable que les chapelles qui sont au commencement du chœur furent construites, sinon à la même époque que celles

  1. ANNO. DOMINI. MCCLVII. MENSE. FEBRVARIO. IDUS. SECUNDO. HOC. FUIT. INCEPTUM. CHRISTI. GENITRICIS. HONORE. KALLENSI. LATHOMO. VIVENTE. JOHANNE. MAGISTRO.
  2. Lebœuf. Observations sur l’antiquité de l’édifice de Notre-Dame.
  3. Plan de Turgot. — Corrozet. (Voir les dessins, preuves à l’appui.)