Page:Lassus, Viollet-le-Duc - Projet de restauration de Notre-Dame de Paris.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Dans la nef et le chœur, le rétablissement des redens de toutes les grandes fenêtres nécessitera la reconstruction de la partie supérieure de tous leurs meneaux. Au-dessus des chapelles du chœur, du côté du midi et à l’abside, les éperons qui reçoivent la poussée des arcs-boutans, ont été flanqués de lourdes constructions en maçonnerie, dans le but de les consolider. Ces placages, mal combinés, portant à faux et du plus fâcheux effet, doivent être enlevés, et les éperons réparés, en se renfermant dans leur ancienne épaisseur.

Une des questions les plus graves de la restauration, est certainement celle soulevée par la réparation des fenêtres des galeries. Ces fenêtres, ainsi que nous l’avons dit dans la partie historique de notre rapport, n’appartiennent à aucun style. Cette construction provisoire, faite à l’époque où l’on abandonna probablement l’idée de doubler les galeries du premier étage, est dans un état de dégradation auquel il est indispensable d’apporter remède. Déjà au XIVe siècle les architectes frappés de la laideur de ces baies, ont remplacé celles de l’abside par des grandes fenêtres à meneaux qui présentent les mêmes inconvéniens que celles de la nef et du chœur, en rendant indispensable le remplacement des combles simples par des terrasses et cheneaux. Or, ici, trois questions se présentent : doit-on conserver les fenêtres actuelles des galeries, et les réparer dans leur forme bâtarde ? doit-on les restaurer dans le style du XIXe siècle ? ou bien doit-on les reconstruire dans celui des galeries ?

Nous n’avons pas cru devoir trancher d’une manière positive une question aussi délicate. Quoique dans nos dessins nous ayons indiqué la restauration de ces fenêtres dans le style des galeries, nous ne donnons cependant pas la question comme résolue. Voici les motifs qui nous ont fait pencher vers ce parti.

Continuer les fenêtres dans le style du XIVe siècle, ainsi que cela a été commencé à l’abside, serait une chose défectueuse sous le rapport de la construction, ainsi que nous venons de le dire. Les rétablir suivant leur forme provisoire, ce serait constater un fait curieux, puis-