Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/542

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’Hôpital-de-la-Charité, de l’Hôtel-Dieu appelé la Charité. Ce nom ne venait pas de l’hôpital de la Charité que nous voyons dans la rue Jacob ; il n’était pas construit à cette époque. Elle le devait à un Hôtel-Dieu qu’on avait commencé de bâtir au bord de la rivière, presque vis-à-vis de la rue dont nous nous occupons. Cet établissement est indiqué sur le plan de Saint-Victor, publié par d’Heuland. Le procès-verbal de 1636 désigne cette rue sous la dénomination de rue des Jacobins-Réformés allant de la Charité au Pré-aux-Clercs. On la voit sous le nom de Saint-Père dès 1643, sur le plan de Boisseau. En 1652, le plan de Gomboust lui donne déjà celui des Saints-Pères. — La moindre largeur de cette voie publique avait été fixée à 8 m. par une décision ministérielle du 18 pluviôse an IX, signée Chaptal. Une ordonnance royale en date du 29 janvier 1831 a déterminé ainsi qu’il suit, la largeur de la rue des Saints-Pères. Depuis le quai jusqu’aux rues Jacob et de l’Université, à 10 m. ; depuis ces rues jusqu’à la rue Saint-Guillaume, à 13 m. 50 c. ; depuis la rue Saint-Guillaume jusqu’à la grande rue Taranne, à 12 m. 50 c. ; et enfin depuis cette dernière jusqu’à celle de Grenelle, à 10 m. Propriétés nos 1, 1 bis, 1 ter, 3, alignées ; de 5 à 11, doivent avancer sur leurs vestiges actuels ; de 13 à 25, redress. ; 27, retranch. 30 c. ; de 29 à 41, ret. 3 m. 90 c. à 4 m. 15 c. ; 43, ret. réduit 3 m. 20 c. ; 45, ret. réduit 1 m. 40 c. ; de 49 à 53, redress. ; de 57 à 65, ret. réduit 1 m. 10 c. à 1 m. 50 c. ; de 67 à 79, ret. 1 m. 50 c. à 2  m. 10 c. ; 81, ret. réduit 70 c. ; 2, 4, redress. ; de 6 à 12, ret. 20 c. à 35 c. ; 14, alignée ; de 16 à 20, redress. ; de 22 à 26, alignées ; maison à l’encoignure droite de la rue Saint-Guillaume, ret. réduit 1 m. 30 c. ; de 30 à 42, ret. 4 m. 50 c. à 4  m. 90 c. ; 44, ret. réduit 3 m. 70 c. ; 46, ret. réduit 2 m. 40 c. ; 48, 50, ret. 1 m. 10 c. à 1 m. 50 c. ; de 52 à 56, ret. 1 m. 70 c. à 1 m. 90 c. ; mur de clôture no 58, aligné ; de 60 à la fin, ret. 1 m. 30 c. à 1 m. 70 c. — Égout entre le quai et la grande rue Taranne. — Conduite d’eau dans la plus grande partie. — Éclairage au gaz (compe Française).

Périer (rue Casimir-).

Commence à la rue Las-Cases et à la place de Bellechasse ; finit à la rue de Grenelle, nos 128 et 128 bis. Le dernier impair est 23 ; le dernier pair, 6. Sa longueur est de 166 m. — 10e arrondissement, quartier du Faubourg-Saint-Germain.

Elle a été ouverte en 1828 sur les dépendances des couvents de Bellechasse et des Carmélites, dont la vente avait été effectuée par le domaine de l’État dans le courant du mois de juin de la même année (voyez rues de Bellechasse et de Martignac). Cette voie publique a 13 m. de largeur. Elle a été dénommée en vertu d’une décision royale en date du 15 avril 1839. — Égout. — Conduite d’eau.

Casimir Périer naquit à Grenoble, le 12 septembre 1777 ; il fut président du conseil des ministres depuis 1831 jusqu’à sa mort arrivée le 16 mai 1832.

Pérignon (rue).

Commence à l’avenue de Breteuil ; finit à la rue Bellart. Pas de numéro. Sa longueur est de 158 m. — 10e arrondissement, quartier des Invalides.

Ouverte en 1820, cette rue porte le nom de M. Pérignon, alors membre du conseil municipal de la ville de Paris. (Voyez rue Barthélemy.)

Périgueux (rue de).

Commence à la rue de Bretagne, nos 8 et 10 ; finit aux rues Boucherat, no 7, et de Normandie, no 5 bis. Le dernier impair est 13 ; le dernier pair, 4. Sa longueur est de 67 m. — 6e arrondissement, quartier du Temple.

Cette rue, alignée en 1626, s’arrêtait alors à celle de Normandie. En 1697, il fut ordonné qu’elle serait prolongée jusqu’à la rue Boucherat et qu’elle porterait dans cette partie le nom de rue Le Tourneur. Jean-Baptiste Le Tourneur, conseiller de ville, était échevin en 1695, sous la prévôté de Claude Bosc. On ne se conforma pas à cette disposition, et dans toute son étendue, cette voie publique prit bientôt le nom de Périgueux, ancienne capitale du Périgord. — Une décision ministérielle du 19 germinal an VIII, signée L. Bonaparte, fixa la largeur de cette voie publique à 8 m. En vertu d’une ordonnance royale du 31 mars 1835, cette largeur a été portée à 10 m. Propriétés de 1 à 5, alignées ; de 7 à la fin, redressement ; 2, ret. 1 m. 90 c. à 2 m. 60 c. ; 2 bis et 4, alignées. — Égout du côté de la rue de Normandie. — Éclairage au gaz (compe Lacarrière).

Perle (rue de la).

Commence à la rue de Thorigny, no 1 ; finit à la rue Vieille-du-Temple, nos 92 et 94. Le dernier impair est 9 ; le dernier pair, 28. Sa longueur est de 128 m. — 8e arrondissement, quartier du Marais.

Ouverte en 1656, on la nommait rue de Thorigny (voir l’article de cette voie publique). — « Le nom qu’elle porte aujourd’hui, dit Sauvai, vient d’un tripot quarré qui a passé longtemps pour le mieux entendu de Paris. » — Une décision ministérielle du 23 frimaire an VIII, signée Laplace, fixa la moindre largeur de cette voie publique à 10 m. En vertu d’une ordonnance royale du 12 juillet 1837, sa largeur a été portée à 12 m. Propriété no 1, retranch. 4 m. ; 3, ret. réduit 3 m. 50 c. ; 5, ret. réduit 2 m. 80 c. ; de 7 à la fin, ret. 1 m. 60 c. à 2 m. 30 c. ; 2, redress. ; 4, 6, ret. réduit 30 c. ; 8, ret. réduit 50 c. ; de 10 à 14, ret. 60 c. à 1 m. 10 c. ; de 16 à 20, ret. 1 m. 10 c. à 1 m. 65 c. ; 22, 24, ret. 1 m. 65 c. à 2 m. 30 c. ; 26, 28, ret. 2 m. 30 c. à 2 m. 90 c. — Conduite d’eau entre la rue de Thorigny et les deux bornes-fontaines. — Éclairage au gaz (compe Lacarrière).

Perpignan (rue de).

Commence à la rue des Marmousets, nos 19 et 21 ; finit à la rue des Trois-Canettes, no 4. Le dernier impair est 11 ;