Page:Lazare - Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, 1844.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vis-à-vis la principale entrée de l’hôtel des Mousquetaires, rue de Charenton, au faubourg Saint-Antoine, une rue de 6 toises de largeur pour se rendre en droite ligne dans la grande rue de ce faubourg, laquelle sera percée au travers de la maison de la boule blanche, etc. — Fait au conseil d’État du roi, etc. » — Peu de temps après ce percement fut exécuté, mais non sur la largeur indiquée par l’arrêt précité. On lui donna la dénomination de passage de la Boule-Blanche.


Boule-Rouge (rue de la).

Commence aux rues Geoffroy-Marie, no 2, et du Faubourg-Montmartre, no 18 ; finit à la rue Richer, no 13. Le dernier impair est 17 ; le dernier pair, 24. Sa longueur est de 209 m. — 2e arrondissement, quartier du Faubourg-Montmartre.

Cette rue, qui forme retour d’équerre, a été percée sur les terrains appartenant aux hospices civils de Paris. Sa dénomination provient d’une enseigne. — Une décision ministérielle en date du 23 janvier 1817, ainsi qu’une ordonnance royale du 23 août 1833, ont fixé la moindre largeur de cette voie publique à 10 m. Elle a été considérablement élargie depuis 1841, et aujourd’hui presque toutes les propriétés riveraines sont alignées. — Portions d’égout et de conduite d’eau. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).


Boules (passage du Jeu de).

Commence à la rue des Fossés-du-Temple, no 32 ; finit à celle de Malte, nos 29 et 31. Le dernier impair est 15 ; le dernier pair, 14. — 6e arrondissement, quartier du Temple.

Il a été ouvert en 1826, sur les terrains appartenant à MM. Barat et Mignon. Son nom lui vient d’un jeu de boules sur l’emplacement duquel il a été formé. — Éclairage au gaz (compe Lacarrière).


Boules (rue des Deux-).

Commence à la rue des Lavandières, nos 13 et 15 ; finit à la rue Bertin-Poirée, nos 20 et 22. Le dernier impair est 13 ; le dernier pair, 14. Sa longueur est de 88 m. — 4e arrondissement, quartier du Louvre.

Le poète Guillot et les Titres du XIIIe siècle la désignent sous le nom de Guillaume-Porée. Aux XIIe et XIIIe siècles, elle se nommait rue Mauconseil ou Maleparole (Archives Saint-Martin). Dans des actes postérieurs et en 1546, elle est appelée rue Guillaume-Porée, autrement Maleparole, et Guillaume-Porée, dite des Deux-Boules. Cette dernière dénomination venant d’une enseigne a prévalu. — Une décision ministérielle en date du 12 fructidor an V, signée François de Neufchâteau, avait fixé à 7 m. la largeur de cette voie publique. — Une ordonnance royale du 9 décembre 1838 a porté cette largeur à 10 m. Les propriétés nos 1, 3, 5 et 7, ne sont soumises qu’à un léger redressement ; celle no 2 devra reculer de 5 m. 30 c. à 6 m. 50 c. les autres constructions de ce côté éprouveront un retranchement qui varie de 3 m. 80 c. à 5 m. 30 c. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).


Boulets (rue des).

Commence à la rue de Montreuil, nos 83 et 85 ; finit à la rue de Charonne, nos 110 et 112. Le dernier impair est 31 ; le dernier pair, 42. Sa longueur est de 561 m. — 8e arrondissement, quartier du Faubourg-Saint-Antoine.

Elle doit son nom au territoire sur lequel elle fut tracée. D’anciennes déclarations du XVIe siècle désignent ainsi ce territoire : lieu dit les Boulets, anciennement les Basses-Vignoles. Ce n’était encore qu’un chemin au commencement du XVIIIe siècle. — En vertu d’une ordonnance royale du 6 mai 1827, la moindre largeur de cette voie publique est portée à 13 m. Les maisons nos 21, 23 ; 10 et 12, et plusieurs murs de clôture, sont à l’alignement. — Conduite d’eau.


Boulogne (passage du Bois de).

Commence au boulevart Saint-Denis, no 22 ; finit à la rue du Faubourg-Saint-Denis, no 12. — 5e arrondissement, quartier du Faubourg-Saint-Denis.

Ce passage a été construit vers l’année 1785. Il a pris sa dénomination d’un bal public qui y existait, connu alors sous le nom de bal du Bois-de-Boulogne.


Bouloi (rue du).

Commence à la rue Croix-des-Petits-Champs, nos 14 et 16 ; finit à la rue Coquillière, nos 29 et 31. Le dernier impair est 29 ; le dernier pair, 26. Sa longueur est de 194 m. — 4e arrondissement, quartier de la Banque.

En 1359, elle est désignée sous le nom de rue aux Bouliers, dite la cour Basile. Au XVe siècle, c’était la rue de Baizile. Au XVIe siècle, on la nommait rue des Buliers dite la cour Basile. Depuis on l’a toujours appelée rue du Bouloi. — Une décision ministérielle du 20 fructidor an XI, signée Chaptal, a fixé la largeur de cette voie publique à 7 m. 79 c. Cette largeur est portée à 10 m. en vertu d’une ordonnance royale du 22 août 1840. Les maisons nos 9, 11, 13, 15, 17, 19, 21, 23, 25, 27 et 29, et celle no 2, sont alignées. — Portion d’égout du côté de la rue Croix-des-Petits-Champs. — Conduite d’eau entre la rue Coquillière et les deux bornes-fontaines. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).


Bouquet-de-Longchamp (rue du).

Commence à la rue de Longchamp, nos 22 et 22 bis ; finit à la rue de la Croix-Boissière. Le dernier impair est 23 ; pas de numéro pair. Sa longueur est de 151 m. — 1er arrondissement, quartier des Champs-Élysées.

C’était une ruelle de l’ancien village de Chaillot. — Une décision ministérielle du 18 juin 1817 a fixé la largeur de cette voie publique à 8 m.