Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
99
GLANÉ DANS NOTRE HISTOIRE



KONDIARONK


Quel souffle avait passé sur la sombre forêt,
Quand te conçut ta mère, en sa hutte d’écorce ?
D’où venait ton génie et d’où venait ta force ?
Tu fus donc enfanté par un céleste arrêt ?

Ton inculte grandeur comme un rêve apparaît.
Trouvas-tu dans la gloire une alléchante amorce,
Démosthène des bois, ou ton âme retorse
Fut-elle, un jour, sensible au sordide intérêt ?

Ta voix fait retentir les sauvages retraites.
Les tribus que ta ruse à nos lois a soustraites
Bondissent aussitôt comme un fougueux torrent.

Mais Ononthio parle à tes passions fauves ;
Ceux qui devaient périr, voilà que tu les sauves,
Et tu chantes la paix sur ton luth de mourant.