Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
100
GLANÉ DANS NOTRE HISTOIRE



LE CHATEAU BIGOT

La-bas, sous des forêts que le sang a rougies,
Bigot, l’intendant fourbe, eut son petit château.
Le vice s’y rendait sans voile ni manteau ;
On priait le colon de solder les orgies.

Les convives s’aimaient sous le feu des bougies ;
Les oiseaux, plus naïfs, volaient au chapiteau.
Le temps a tout broyé comme dans un étau.
Deux pans restent debout, inutiles vigies.

Loin du wigwam aimé, la fille d’un grand chef,
Souple comme le jonc, avec un torse d’ambre,
Y mourut de douleur dans une obscure chambre.

Et le soir, quelquefois, on entend derechef,
Parmi les gais échos du bois qui l’environne,
Les sanglots étouffés de la jeune Huronne.