Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
103
GLANÉ DANS NOTRE HISTOIRE



LE MONUMENT DES BRAVES


C’est le signet qui marque un lugubre épisode :
Nos suprêmes combats et nos murs asservis,
Et le triomphe vain du valeureux Lévis,
Et du vieux drapeau blanc le douloureux exode.

Des gloires du passé c’est l’immortel rapsode.
Notre grand promontoire, ombré comme un lavis,
Le porte avec orgueil. Peuple qui te survis,
Il redit ta vaillance et chante comme une ode.

Sur nos morts glorieux, inébranlable et fier,
Il veillera demain comme il veillait hier.
Il verra devant lui s’incliner les fronts graves.

Et sous la plaine morne et le jardin fleuri,
Où le dernier espoir de la France a péri,
Il entend tressaillir la poussière des braves.