Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
104
GLANÉ DANS NOTRE HISTOIRE



NOS REMPARTS


Le drapeau de nos rois y déroula ses plis.
Les preux disaient mourant : — La France nous regarde.
La France a détourné sa figure hagarde,
Et d’un chagrin mortel nos cœurs se sont remplis.

Plus d’un siècle a passé sur les faits accomplis.
Le sceptre d’Albion jalousement nous garde.
Les nôtres maintenant promènent la cocarde
Sur les hauts parapets… Les dos sont assouplis.

Et le long de ces murs qui soutinrent des sièges,
Vers la nuit vont s’asseoir, sur le bois dur des sièges,
Des couples d’amoureux qu’ennuie un ciel trop clair.

On entend des soupirs et des frissons de lèvres…
Juchés sur leurs affûts, gueule béante, en l’air,
Les vieux canons anglais s’échauffent à ces fièvres.