Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
113
GRAINS DE PHILOSOPHIE



LE DRAME


Il est bon ou mauvais, drôle, pudique, obscène,
Comme on veut. Quelques-uns le trouvent ennuyeux,
D’autres le trouvent beau. C’est un festin joyeux
Qui devient pour chacun une dernière cène.

Sans nul souci des coups que la critique assène,
Nous reprenons le rôle après tous nos aïeux,
Et d’autres après nous viendront… C’est curieux,
Ces fugitifs acteurs d’une si longue scène.

Si l’été resplendit, les insectes, alors,
Viennent se reposer de leurs vaillants essors,
Dans la poussière, aux champs qui furent leurs délices.

Et nous faisons comme eux. Le linceul secoué,
Nous revenons en foule errer dans les coulisses,
Pour suivre encor’ le drame où nous avons joué.