Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
135
SONNETS RUSTIQUES



LA LAITIÈRE


Le sarrasin fleuri verse un parfum de miel,
Et le moineau, gorgé des blés mûrs qu’il saccage,
Vole à son nid. L’érable et le pin du bocage
Dentellent, au ponant, les champs pourpres du ciel.

C’est le soir. Dans l’air pur, monte un vibrant appel,
Et soudain le troupeau qu’on a mis au pacage,
Par la sente connue ou par le marécage,
Accourt lécher la main d’où s’égraine le sel.

La génisse rumine auprès de la barrière.
Avec un bruit de source, au fond d’une chaudière,
De sa lourde mamelle il tombe un flot de lait.

La laitière caresse un rêve. Elle présume
Qu’avec deux fois le prix de cette blanche écume
Elle peut étrenner un joli mantelet.