Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/194

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
192
FANTAISIE



LES YEUX


Il est un œil si doux et si plein de candeur
Qu’on dirait une étoile en la nuit presqu’éteinte.
La mer au fond d’un autre a mis sa fauve teinte.
Un troisième est fait d’ombre. Et tous ont leur splendeur.

Sous leurs cils veloutés il n’est pas de froideur
Quand le cœur aime. Et nul ne peut fuir leur atteinte.
L’âme vibre bientôt comme un métal qui tinte,
Quand ils plongent brûlants jusqu’en sa profondeur.

L’œil d’azur est rempli de promesses suaves ;
L’œil noir semble parfois foudroyer ses esclaves ;
Comme la mer l’œil gris a d’étonnants réveils.

Et ces yeux, si divers par l’éclat et le charme,
Seront plus beaux encore et deviendront pareils
Quand ils regarderont à travers une larme.