Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
SONNETS ÉVANGÉLIQUS

SUR LA CROIX


Pilate a peur des Juifs et devient leur complice.
— Voilà l’homme, dit-il. — Qu’il meure, ce faux roi,
Clame le Sanhédrin en invoquant sa loi,
Il s’est dit Fils de Dieu !… Que la loi s’accomplisse !

Puis, dans un trou béant la croix lourdement glisse.
Le Christ mourant pardonne. On l’apostrophe : — Eh quoi !
N’es-tu pas Dieu ? Descends et nous croirons en toi.
Mais il reste cloué sur le bois du supplice.

Et le Juif s’applaudit de l’avoir défié.
Or, sur le Golgotha, le doux crucifié,
Dans un nimbe éclatant, depuis lors se profile.

Et, parce qu’il n’est pas descendu de la croix,
Depuis lors devant lui l’humanité défile,
Fléchissant les genoux et s’écriant : — Je crois !