Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
38
SONNETS ÉVANGÉLIQUES



LE SYMBOLE


C’était près de Sion que chantent les Psalmistes.
Drapés dans leurs manteaux, plusieurs jeunes Romains
Qui cheminaient, un soir, au hasard des chemins,
S’approchèrent d’un antre ombragé de palmistes.

Douze hommes étaient là, comme des alchimistes
Qui voudraient cacher l’or fabriqué par leurs mains,
Parlant de Dieu, du ciel, du salut des humains.
Ils écoutèrent donc ces nouveaux réformistes.

— Des buveurs ou des sots, dirent-ils. Quels discours !
A quels dieux étrangers demandent-ils secours ?
En ont-ils découvert de plus grands que les nôtres ?

Ces hommes qu’ils croyaient pris de vin ou bien fous ;
Vont ébranler le monde et le mettre à genoux.
Ils fondaient le Symbole, et c’étaient les Apôtres !