Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
40
SONNETS ÉVANGÉLIQUES



L’EXILÉ


Les Juifs avaient fait peur à ce lâche juriste.
Dans l’ennui de l’exil, au lointain Dauphiné,
Il errait sombre et seul comme un contaminé,
Et les remords rongeaient son âme d’égoïste.

11 suivait sous les bois les bêtes â la piste,
Et honteux, devant l’homme il fuyait obstiné.
A l’enfer éternel était-il destiné,
Que rien ne déridait sa face pâle et triste ?

Il croyait voir du sang dégoutter de ses mains,
Et, courant comme un fou, loin de tous les chemins,
Il cherchait une source où se laver en hâte.

Mais l’eau coulait en vain, la souillure restait.
Un jour, pour ne plus voir ce sang qu’il détestait,
Il se donna la mort… C’était Ponce-Pilate.