Page:LeMoine - Ornithologie du Canada, 1ère partie, 1861.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

L’AIGLE À TÊTE BLANCHE.[1]
(Bald Eagle.)


Cette espèce habite principalement l’Amérique septentrionale ; elle est un peu moins commune en Canada, que l’aigle doré[2]. Elle niche sur les rochers escarpés et les arbres à cime large et élevée dans les savanes impénétrables. Les œufs sont d’un blanc jaunâtre, tacheté de gris roussâtre, l’intérieur de la coquille est d’un beau vert. Les aigles commencent la ponte dans les régions tempérées des États-Unis, telles que la Virginie et la Pennsylvanie, en février et mars. L’aigle à tête blanche est l’emblème national de l’Union Américaine ; nul oiseau ne possède un vol plus puissant, le condor excepté ; nul n’a plus de force, d’adresse et de courage ; mais son caractère est féroce et tyrannique : Franklin n’approuvait point le choix que ses compatriotes avaient fait de l’aigle à tête blanche pour blason national. Un brigand ailé, disait-il, qui profite de ses avantages pour ravir aux oiseaux plus faibles que lui le butin qu’ils ont conquis, n’est pas digne de représenter l’indépendance loyale et généreuse du peuple américain. C’est un spectacle superbe, dit Wilson, de voir tournoyer au-dessus de la cataracte de Niagara, ce féroce ravisseur, en quête des carcasses de chevreuils, d’ours ou autres animaux

  1. No. 43. — Haliaetus leucocephalus. — Baird.
    Haliaetus leucocephalus. — Audubon.
    M. D. C. Thomson, négociant de Québec, se trouvant en mai dernier sur les rives de la Rivière Ste. Clair, sur les confins ouest de la Province, vit au moins dix Aigles, dit-il, perchés sur le cadavre d’un cheval mort et se gorgeant de sa chair.
  2. L’honorable G. W. Allan prétend l’avoir tué assez fréquemment dans le voisinage de Toronto. Serait-ce cette espèce qui, au dire de nos chasseurs fréquente la batture aux loups-marins, vis-à-vis St. Jean Port Joli ? Il se rencontre, ainsi que le Grand Aigle du Nord, sur les grands lacs du Haut Canada.