Page:LeNormand - Autour de la maison, 1916.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
113
AUTOUR DE LA MAISON

selle qui présidait répondait à son ministre : « J’prends celui qui a dit que j’avais l’air d’une grenouille enflée ! »…

Comme c’était Toto ou Pierre, il s’en allait s’asseoir au fauteuil et il cherchait à deviner ce que les autres murmuraient à l’oreille du passeur ; ensuite, il pourrait à son goût choisir son remplaçant…

Le ministre revenait, et à la question répétée : « Qu’est-ce que le conseil rapporte ? » il énumérait : « Y en a un qui vous fait dire que vous avez l’air d’un chien barbet enragé, un autre, que vous ressemblez à un singe botté, un autre, que vous êtes pouilleux comme le quêteux Nicaisse et qu’il vous manque juste un mouchoir rouge », et, soudainement, le trac prenant le ministre, il s’en allait trouver les autres pour se faire répéter les messages et il revenait finir : « L’autre vous fait dire que vous êtes beau comme un cœur, l’autre, que vous avez l’air d’un crapaud qui baille aux corneilles sur la glace, l’autre, que vous avez l’air d’un vieux cornichon salé ! »

Toto aurait aimé à parler en faveur du crapaud, mais connaître aussi qui le trouvait beau comme un cœur le tentait bien ; il choisissait ce compliment, et une petite fille venait en rougissant jusqu’à la chaise !