Page:LeNormand - Autour de la maison, 1916.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
54
AUTOUR DE LA MAISON

tant les touffes fleuries en-dedans ; de la sorte les provisions auraient reposé sur une mousse violette et veloutée, si les paniers eussent été jusqu’au marché ! Mais voilà ! Ces petits paniers si amoureusement travaillés étaient fragiles comme des rêves et il fallait les contempler sans presque les toucher !

Les garçons eux, faisaient des clôtures, trois ou quatre graquias de hauteur, entourant un pied carré de galerie. Quand cette espèce de clos était fini, ils se demandaient ce qu’ils allaient mettre dedans. Ils se construisaient une petite auge. Ils allaient au jardin, cherchaient dans les concombres grimpants ceux que la graine n’avait pas encore crevés. Ils leur mettaient quatre pattes, et des oreilles en bouts d’allumettes ; leur perçaient des yeux, une bouche et un nez ; alors, ils étaient propriétaires d’une belle… soue bien habitée ! Toto et Pierre imitaient à s’y tromper les gémissements des animaux de soie ! Et c’était un concert, accompagné des faits et gestes batailleurs des bêtes vertes, en concombres piquants, dans la jolie soue en graquias ! Quand tous les petits cochons étaient meurtris à mort, il arrivait que les garçons, fatigués de leurs graquias, les lançaient d’abord au hasard sur le gazon du parterre, puis sur ces pauvres Marie et Michelle qui recom-