Page:LeNormand - Autour de la maison, 1916.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
86
AUTOUR DE LA MAISON

quand on allait à confesse, et toujours, pour pénitence, trois « Je vous salue, Marie ». Ses paroissiens l’auraient empêché d’être évêque, si on avait voulu le faire évêque, parce qu’ils auraient eu trop de peine à s’en séparer. Et, pourtant, on s’amusait bien de sa distraction. Il oubliait partout sa canne et son chapeau. De la chaire, il laissait tomber son livre ou ses lunettes sur les fidèles.On racontait même qu’un jour étant parti pour aller porter le bon Dieu, il fit arrêter soudainement le petit gars qui sonnait sa clochette à tour de bras, et revint avec lui vers l’église ; il avait oublié l’Hostie Sainte !

En hiver, il allait visiter les malades sans paletot. On disait : « C’est un saint homme, il n’est sur la terre que pour la charité et les bonnes œuvres. »

Il prêchait bien ; il faisait un catéchisme de première communion attachant. Et quand il récitait la prière, on se regardait en se mordant les lèvres, parce qu’il disait : « Je vous salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie par dessus toutes les femmes… » Ce par dessus nous amusait beaucoup, — on pensait à un capot d’homme et on n’en comprenait pas le sens vieilli…

Mais monsieur le curé, quand il venait chez nous, était comme un Messie. Il nous