Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de l’enfer, qui tourmentent sans relâche, en quelque posture qu’on soit ;

67Qui, dans leurs largesses, ne sont ni prodigues ni avares, mais économes ;

68Et qui, adorateurs d’un Dieu unique, ne transgressent point le précepte divin, qui défend le meurtre et l’adultère. Celui qui s’en rendra coupable portera la peine de son iniquité ;

69On augmentera pour lui la rigueur des supplices au jour de la résurrection. Il sera couvert d’un éternel opprobre.

70Au lieu des maux qui l’attendaient, le pécheur converti qui croira, qui pratiquera la vertu, jouira de la félicité, parce que Dieu est clément et miséricordieux.

71Pénétré d’un vrai repentir, il fera le bien, et sa conversion sera sincère.

72Ceux qui ne portent point de faux témoignage, et qui conservent leur honnêteté au milieu des discours obscènes ;

73Qui, lorsqu’on leur parle de la doctrine divine, ne sont ni sourds ni aveugles ;

74Qui disent : Seigneur, donne-nous des femmes et des enfans dont l’aspect charme nos yeux et perpétue ta crainte en nos cœurs ;

75Ceux-là seront élevés à un degré sublime, juste prix de leur constance. Ils y trouveront la salutation et la paix.

76Ils habiteront éternellement le séjour de délices, également favorable pour reposer et pour marcher.

77Dis : Peu importe à Dieu que vous ne l’invoquiez pas. Vous avez abjuré sa doctrine. Une peine permanente vous attend.