Page:Le Koran (traduction de Kazimirski).djvu/440

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
440 LE KORAN.  
  1. Lequel des bienfaits de Dieu nierez-vous [1] ?
  2. Il a formé l’homme de terre, comme celle du potier
  3. Il a créé les génies de feu pur sans fumée.
  4. Lequel des bienfaits de Dieu nierez-vous ?
  5. Il est le souverain des deux orients ;
  6. Il est le souverain des deux occidents[2].
  7. Lequel des bienfaits de Dieu nierez-vous ?
  8. Il a séparé les deux mers qui se touchent[3].
  9. Entre elles s’élève une barrière, et elles ne débordent pas l’une dans l’autre.
  10. Lequel des bienfaits de Dieu nierez-vous ?
  11. L’une et l’autre fournissent des perles et du corail.
  12. Lequel, etc.
  13. A lui appartiennent les vaisseaux qui traversent les mers comme des montagnes.
  14. Lequel, etc.
  15. Tout ce qui est sur la terre passera.
  16. La face seule de Dieu restera environnée de majesté et de gloire.
  17. Lequel, etc.
  18. Tout ce qui est dans les cieux et sur la terre lui adresse ses vœux. Chaque jour il est occupé à quelque œuvre nouvelle[4].
  19. Lequel, etc.
  20. Nous vaquerons un jour à votre jugement, ô hommes et génies !
  21. Lequel, etc.
  22. Assemblée d’hommes et de génies, si vous pouvez pénétrer au delà des limites des cieux et de la terre, faites-le ; mais vous n’y pénétrerez qu’en vertu d’un pouvoir réel.
  23. Lequel, etc.

  1. Le verbe nierez-vous est dans le texte au duel, parce qu’il doit se rapporter aux génies et aux hommes.
  2. C’est-à-dire, le lever et le coucher d’été et d’hiver.
  3. Les mots : des deux mers, comme nous l’avons déjà vu (XXVII, 62), peuvent s’entendre de deux masses d’eau, l’une salée, l’autre douce.
  4. La dernière phrase de ce verset peut être traduite plus littéralement ainsi : chaque jour il est dont une autre condition. Ces mots qui, selon les commentateurs, veulent dire que Dieu s’occupe tour à tour de l’exécution de ses arrêts, de la mort et de la vie des êtres créés, de l’abaissement des uns ou de l’élévation des autres ; ces mots ont chez les mystiques musulmans un sens différent ; ils veulent dire que Dieu, un et indivisible, invariable dans son essence, est multiple dans ses attributs, et prend a chaque moment une face nouvelle, qu’il varie à l’infini, qu’il produit la création et l’absorbe, se manifeste et se voile.