Page:Le Nismois, La Tunique de Nessus, 1900.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 73 —


à, voir, je reste ainsi troussée : nous sommes seules, nous pouvons nous accorder ce plaisir. Moi aussi, j’aime admirer les jambes de femme, avant d’entrer au kiosque, tu passeras la première.

— Irène, murmura Olympe, j’ai vu tes nénés lors du bal de Sigismond, je vois tes jambes, pourquoi ne me montrerais-tu pas… tout.

Irène tourna la tête, en continuant de marcher et répondit :

— Alors fais comme moi, nous sommes nos maîtresses, vive la fête.

D’un mouvement brusque, elle attira les jupes sur ses bras et se dévoila jusqu’à la ceinture.

— Oh, dit Olympe, tu as le cul digne de tout le reste.

Irène, prévoyant la scène et ne voulant pas se risquer à des écarts sur des herbes humides, pris sa course, les jupes troussées, et répliqua :

— À qui arrivera la première au kiosque.

Elle courait bien, Olympe lui emboîtait le pas, les jupes troussées comme elle, bégayant :

3