Page:Le Nismois - L’Armée de volupté, 1900.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 14 —


sous la subite vision du visage ironique de son amoureuse.

— Vieilles trompettes de Jéricho, criait-il proclamez-le dans l’espace, c’est à la peau, la peau, la peau qu’elle me tient, courons au remède.

Il n’y faillit pas davantage, et ce soir-là, il se rendit au Moulin Rouge, avec la résolution de s’adjuger quelque hétaïre vicieuse, qu’il garderait… à bail renouvelable.

Des minois chiffonnés, il n’en manque pas. Il dicterait ses conditions : un mois d’essai, la grande vie pendant le mois, la bourse de la belle garnie à son caprice, contre sa saoulerie dévergondée à toute épreuve dans l’art des cochonneries les plus pimentées. Il fallait qu’elle décollât de sa peau l’influence Lucetienne. S’il était satisfait, au besoin il épouserait la marchandise ramassée.

Pourquoi ne proposait-il pas le mariage à Lucette ? Parce qu’il le lui avait demandé et qu’elle lui avait ri au nez, en répondant :

— M’épouser, moi, Lucette, ah, mon ami, j’ai été veuve au bout de six mois