Page:Le Roy - Réflexions sur la jalousie.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


souvenir des idées d’autrui, car Archimède & Newton inventoient. »

Mais aussi Archimède & Newton étoient-ils des gens de génie, parce qu’ils inventoient, au lieu que Saumaise & tant d’autres ne furent que des savans, parce qu’ils n’inventoient rien, & qu’ils n’avoient que le souvenir des idées d’autrui.

Cet acharnement de M. de Voltaire à décrier les gens célèbres, & sur-tout lorsqu’ils sont morts, pervertit, comme on voit, son entendement sur les choses les plus simples. Les grands poëtes de sa trempe ne préparent ordinairement pour l’avenir des travaux pénibles qu’aux commentateurs. Pour lui, il laissera à deviner aux moralistes une inexplicable énigme. La conciliation de ses bons ouvrages avec son caractère sera le désespoir des plus éclairés.

Paschal assure qu’une des meilleures preuves du péché originel, c’est l’excès de grandeur & de bassesse qu’on remarque dans l’homme. En ce cas, M. de Voltaire peut être regardé, par ces extrêmes,