Page:Le Voyage des princes fortunez - Beroalde, 1610.pdf/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
70
Le uoyage des Princes

_________________________________________________________________


DESSEIN HVICTIESME.


le marchand ayant veu l’Empereur, luy laiſe Etherine, & l’Empereur la baille en garde à la Fee Epinoyſe à laquelle elle raconta ſon eſtre & condition, ſous vne belle feinte. L’Empereur s’addonne à aymer Etherine du tout.



LE François executa le commandement de la Princeſſe ſans frauder les conuenances mutuelles, ce qu’ayant bien & diligemment accomply, leur nef aborda fort heureuſement & promptement en Glindicee, où le Prince en habit de marchand, arriua à Belon, ville Metropolitaine, en laquelle reſidoit l’Empereur, & de bon-heur il rencontra ce Monarque venant de la chaſſe, lequel le fit appeller, & l’entretint de diſcours, luy demandant d’où il venoit : le marchand le ſatisfit beaucoup, & pleut tant à ſa Maieſté, qu’il le mena auec luy à la fontaine, où il alloit ſe recreer. Ceſt Empereur faiſoit grand cas des eſtrangers, & les carreſſoit fort. Apres quelques petits deuis, l’Empereur dit au marchand, Aduiſez ce que vous deſirez de moy. Le Marchand. Sire, ayant ouy le bruict de voſtre reputation, qui paſſe au delà de tous les pays, & que vous