Page:Le Voyage des princes fortunez - Beroalde, 1610.pdf/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
Le uoyage des Princes


qu’encor que le ſujet de mon diſcours fut tout grand, on doutera qui ſurmonteroit en gloire ou le Prince ou l’Historien.

_________________________________________________________________


DESSEIN PREMIER.


Entrepriſe pour la conqueſte de la Nymphe Xyrille : condition des Conquerans, qui ayyans eſté eſchouez ſont ſecourus par un uaiſſeau de Nabadonce, où ils trouuerent les Fortunez auec leſquels ils uont en Sympſiquée.



NOs aërs eſtoient adoucis de l’odeur de la Paix, le beau loiſir rendoit les affaires ſeures, l’abondance de commoditez eſgayoit les bons eſprîts, la douceur de la frequentation cordiale les conduiſoit aux fuccez de leurs agreables desseins. Et la tranquilité de cœur faisoit qu’auec plaisir les ames curieuses s’addonnoyent aux hōnestes recherches & entreprises notables ; Quand la renommee volant par tout, se donnoit licence parmy les courages auantureux d'avācer le glorieux nom de la Nymphe Xyrile, de laquelle où repetoit tant de veritables merueilles, que si les statües inanimees eufsēt eu les oreilles percees, elles s'en fussent esmeües. Au retentissement de tant de loüanges, trop de cœurs furent esueillez pour la desirer. Et qui a-il plus aymable que ce qui est beau ? ou de plus desirable que le Bien ? On la paragonnoit à la beauté,