Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
L’AIGUILLE CREUSE
321

s’exposer au feu du policier, et il restait cinq balles dans le revolver…

— Fichtre, dit-il en riant, mes actions sont en baisse. C’est bien fait, mon vieux Lupin, t’as voulu avoir une dernière sensation et t’as trop tiré sur la corde. Fallait pas tant bavarder.

Il s’aplatit contre le mur. Sous l’effort des hommes, un pan du panneau encore avait cédé, et Ganimard était plus à l’aise.

Trois mètres, pas davantage, séparaient les deux adversaires. Mais une vitrine en bois doré protégeait Lupin.

— À moi donc, Beautrelet, s’écria le vieux policier, qui grinçait de rage… tire donc dessus, au lieu de reluquer comme ça !…


Isidore, en effet, n’avait pas remué, spectateur passionné, mais indécis jusque-là. De toutes ses forces, il eût voulu se mêler à la lutte et abattre la proie qu’il tenait à sa merci. Un sentiment obscur l’en empêchait.

L’appel de Ganimard le secoua. Sa main se crispa à la crosse de son revolver.

— Si je prends parti, pensa-t-il Lupin est perdu… et j’en ai le droit… c’est mon devoir…

Leurs yeux se rencontrèrent. Ceux de Lupin