Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
50
L’AIGUILLE CREUSE

quelque chose » la découverte de deux ou trois points plus précis qui n’ont pu, du reste, j’en suis sûr, vous échapper.

— Par exemple ?

— Par exemple, l’objet du vol.

— Ah ! décidément, l’objet du vol vous est connu ?

— Comme à vous, je n’en doute pas. C’est même la première chose que j’ai étudiée, la tâche me paraissant plus facile.

— Plus facile vraiment ?

— Mon Dieu, oui. Il s’agit tout au plus de faire un raisonnement.

— Pas davantage ?

— Pas davantage.

— Et ce raisonnement ?

— Le voici, dépouillé de tout commentaire. D’une part il y a eu vol, puisque ces deux demoiselles sont d’accord et qu’elles ont réellement vu deux hommes qui s’enfuyaient avec des objets.

— Il y a eu vol.

— D’autre part, rien n’a disparu, puisque M. de Gesvres l’affirme et qu’il est mieux que personne en mesure de le savoir.

— Rien n’a disparu.

— De ces deux constatations il résulte inévitablement cette conséquence : du moment