Page:Leblanc - Le Chapelet rouge, paru dans Le Grand Écho du Nord, 1937.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

substitut, je m’étonne que vous ne gardiez pas le respect de votre uniforme. Car, enfin, Amélie était-elle, oui ou non, sur vos genoux ?

— Je n’ai pas fait attention, monsieur le Substitut.

— L’avez-vous embrassée ?

— Pour être certain, je ne le suis pas. Quand on se parle, on ne rend pas compte, et on fait des choses…

— Des choses qu’on ne devrait pas faire. Rentrez au château. L’instruction va recommencer, et vous avez déserté votre poste.

Le brigadier épousseta son uniforme, ramassa et brossa son képi, s’en fut, très penaud. Les deux magistrats se fuyaient des yeux pour ne pas s’abandonner à une hilarité de mauvais goût. Amélie détacha Fédor, le renvoya à sa niche, et se mit à brosser son mari avec le revers de sa manche.

Elle souriait, très à l’aise, et le grondait doucement

« Tu n’es pas honteux de te mettre dans des états pareils ? On n’a pas idée de ça ! Voyons, quoi ? Un domestique qui va se colleter avec un représentant de l’autorité

— Une fripouille ! un malandrin !

— Un brigadier de gendarmerie !

— Tu en as du culot, Amélie ! C’est donc parce qu’il est brigadier que tu te faisais caresser le museau ?

— Allons ! allons ! pas tant d’histoires ! Qu’est-ce que ça peut te faire que je me laisse embrasser quelquefois dans le cou ?

— Ou sur la bouche.

— Oh ! rarement. Ou alors il faut que ça me plaise. Voyez-vous, messieurs les Juges, il fait le méchant comme ça. Mais c’est un brave homme. Le sang lui tourne d’abord pour des balivernes, et puis après, il s’aperçoit que ça ne tire pas à conséquence avec moi… Mais non, messieurs les Juges, on est jeune, les hommes rôdent autour de vous. Alors, on ne peut pas toujours les envoyer promener. De quoi aurait-on l’air ?

Elle riait gentiment avec une coquetterie ingénue dans son naturel.

Ravenot semblait presque lui donner raison.

M. Rousselain, qui s’amusait beaucoup, dut la réprimander : « Tout de même, Amélie, vous ne devriez pas vous laisser embrasser par un gendarme.

— Mais ce n’est pas de ma faute, gémit-elle. Il m’a dit qu’il voulait m’interroger sur l’affaire, qu’une femme de chambre en savait toujours long, et que ça pourrait lui servir pour son avancement.

— Et il vous a « assignée » dans la grotte ?

— Oui, comme ça on serait tranquilles.

— Pour s’embrasser, grogna Ravenot.

— Mais non ! pour que je lui dise ce que je sais à propos de l’affaire. »

M. Rousselain demanda vivement :

— Vous savez donc quelque chose ?

Elle se reprit aussitôt :

— Mais rien du tout… ou du moins rien de sérieux.

— Enfin, quoi ?

— Ça n’a aucun rapport.

— Qu’est-ce qui n’a aucun rapport ?

— Et puis j’ai promis le secret.

— À qui ?

— À quelqu’un qui s’est confié à moi.

— Quand ? Aujourd’hui ? Hier ?

— Il y a trois jours.

— Comment ! Avant le drame ? Mais c’est extrêmement important, et je vous prie d’achever, Amélie.

Elle observa M. Rousselain et se mit à rire sans beaucoup de respect.

— Monsieur le Juge d’instruction, vous avez de l’astuce. Sans en avoir l’air, vous me tirez les vers du nez. C’est la troisième personne ce matin qui veut me faire parler.