Page:Leconte de Lisle - Derniers Poèmes, 1895.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




DERNIERS POÈMES


____








Or le Spectre dardait ses rigides prunelles
Sur l’Homme de qui l’âme errait obscurément,
Dans un propre désir des Choses éternelles,
Et qui puisait la vie en son propre tourment.

Et l’Homme dit : — Démon ! qui hantes mes ténèbres,
Mes rêves, mes regrets, mes erreurs, mes remords,
Ô Spectre, emporte-moi sur tes ailes funèbres,
Hors de ce monde, loin des vivants et des morts.