Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
131
LE MASSACRE DE MONA.

Silence, adorateurs du Diable ! Par le sang
De Jésus, le vrai fils du père tout puissant,
Qu’on se taise ! Ou sinon, Païens maudits, sur l’heure
Vous grincerez des dents dans l’ombre extérieure !
Je vous le dis, Enfants entêtés de l’Enfer :
Les oiseaux carnassiers mangeront votre chair ;
Le Mauvais brûlera vos âmes, dans son gouffre,
Sur des lits ruisselants de résine et de soufre ;
Vous vous tordrez, rongés d’un feu toujours accru,
Aux rires des Démons en qui vous aurez cru,
Si vous ne renoncez à votre erreur immonde,
Si vous ne confessez le Rédempteur du monde ! —

C’est ainsi que parla, sur le faîte du roc,
Le Kambrien, vengeur du Christ, le roi Murdoc’h.
Et tous firent silence à cette voix soudaine,
Inexorable cri de fureur et de haine,
Profanant la nuit sainte et les rites des Dieux.
Et le Très-Sage, alors, dit, sans lever les yeux :

— Pourquoi les Purs sont-ils muets avant le terme ?
Un songe a-t-il troublé leur cœur jadis si ferme,
Que leur harpe et leur chant se taisent tout à coup,
Et qu’ils tremblent de peur au hurlement d’un loup ?
Comme un voleur de nuit, lâche et souillé de fange,
Si l’animal féroce a faim et soif, qu’il mange !
Car la pâture est prête, et boive en liberté ;
Mais qu’importe aux enfants de l’immortalité,