Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



          Au temps où l’abeille murmure
          Et vole à la coupe des lys,
          Le Mantouan, sous la ramure,
          Vous a parlé d’Amaryllis.

Vous avez écouté, dans les feuilles blotties,
Les beaux adolescents de myrtes couronnés,
Enchaînant avec art les molles reparties,
Ouvrir en rougissant les combats alternés ;

          Tandis que drapés dans la toge,
          Debout à l’ombre du hallier,
          Les vieillards décernaient l’éloge,
          La coupe ornée ou le bélier.