Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17


Et quand j’aurai passé le fleuve à l’onde sombre,
Quand le doux Élysée aux ombrages secrets,
M’aura rendu mon arc, mon carquois et mes traits,
Artémis, gémissant et déchirant ses voiles,
Fixera mon image au milieu des étoiles !