Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19

Je suis née, et mes sœurs, qui nagent aux flots bleus,
M’ont bercée en riant dans leurs bras onduleux,
Et, sur la perle humide entrelaçant leurs danses,
Instruit mes pieds de neige aux divines cadences.
Et j’étais déjà grande, et déjà la beauté
Baignait mon souple corps d’une molle clarté.
Longtemps heureuse au sein de l’onde maternelle,
Je coulais doucement ma jeunesse éternelle ;
Les sourires vermeils sur mes lèvres flottaient,
Les songes innocents de l’aile m’abritaient ;
Et les dieux vagabonds de la mer infinie
De mon destin candide admiraient l’harmonie.
Ô jeune Clytios, ô pasteur inhumain,
Que Pan aux pieds de chèvre éleva de sa main,
Quand sous les bois touffus où l’abeille butine,
Il enseigna Syrinx à ta lèvre enfantine,