Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





STANISLAS DE GUAITA


1861




Stanislas de Guaita, né le 6 avril 1861 au château d’Alteville (Lorraine), fit ses études à Nancy et vint de bonne heure à Paris. En 1881, il publia son premier volume de vers, Oiseaux de Passage, puis, deux ans après, La Muse Noire, recueil comprenant des poèmes d’un rythme sûr qui révèlent déjà, à travers l’admiration de l’auteur pour Baudelaire, une originalité curieuse, dont le caractère fut bientôt affirmé dans un livre ayant pour titre : Rosa Mystica (1885), où des pensées d’un ordre élevé sont exprimées en fort beaux vers.

Doué d’un sens critique très subtil et entraîné par la nature de son esprit vers les sciences exactes, Stanislas de Guaita a écrit en prose : Au Seuil du Mystère, ou Essais de Sciences maudites, ainsi quil a appelé ce livre qui est une étude préliminaire du magisme, dont il est devenu un des plus fervents adeptes.

Ses poésies ont été éditées par MM. Berger-Levrault et A. Lemerre.

Rodolphe Darzens.





LE POÈTE


 

Il a connu l’oubli des tortures anciennes :
La cicatrice est sèche où sa chair a saigné.
Au tout puissant appel de deux magiciennes
— La Jeunesse et la Foi — la vie a regagné
Le lambeau de son cœur par le mal épargné.