Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/462

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





HÉLÈNE VACARESCO


1866




Mademoiselle Hélène Vacaresco est née à Bucharest, le 3 octobre 1866, d’une famille ancienne qui déjà, en plusieurs de ses membres, avait joint à ses autres illustrations la renommée des lettres et de la poésie. Soit par cette hérédité, soit par une grâce fortuite, Mlle Vacaresco a reçu le don, et elle l’a manifesté de très bonne heure : son recueil de vers, intitulé bien à propos Chants d’Aurore, a paru en 1886, quand l’auteur atteignait à peine sa vingtième année. Née et élevée en Roumanie, trouvant des traditions littéraires dans sa famille, elle a préféré notre langue pour dire ses rêves : ce choix indique la proche influence du génie latin chez une roumaine, et aussi le prestige de notre littérature, que les poètes français lui sont reconnaissants d’avoir si bien senti. Venue d’un pays, lointain du moins par la distance, Mlle Vacaresco n’est pas du tout étrangère aux formes que revêt notre poésie dans le moment actuel ; elle connaît et accepte toutes les exigences d’une prosodie qui ne fut jamais plus rigoureuse. Elle ne s’y soumet d’ailleurs que pour mettre mieux en relief une originalité déjà très vive. Qu’ils fassent résonner en français des chansons roumaines, écho d’une histoire tourmentée et guerrière, ou qu’ils peignent, avec des nuances douces et tendres, des tableaux d’intime bonheur, semblables à des pressentiments plutôt qu’à des souvenirs, les Chants d’Aurore sont pénétrés de la plus évidente qualité poétique, l’inspiration.

Ce volume a été édité par A. Lemerre.

Ch. de Pomairols.