Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





PAUL HAREL


1854




Paul Harel, né à Échauffour (Orne) le 18 mai 1854, est poète et aubergiste. Dans la préface Je son promit) recueil, Sous les Pommiers, paru en 1879, il a pris soin d’expliquer pourquoi il a embrasse la profession d’hôtelier. « Mon père, dit-il, était avocat, mon grand-père aubergiste ; j’ ai repris le métier de celui-ci par amour du pittoresque. J’ai cru devoir donner ce mauvais exemple à mes contemporains, en un temps où les fils de la terre désertent leurs foyers, où la vie des ancêtres est inconnue , sinon dédaignée. » M. Harel, dont le grand-père, d’ailleurs, était poète, est un érudit qui a étudié dans la nature et dans les livres. Amant passionné de la couleur, il a le sentiment de l’art au plus haut degré, et il sait composer de charmants tableaux avec les scènes rustiques qui se déroulent sous ses yeux.

Après son premier livre de vers, M. Harel a donné successivement Gousses d’Ail et Fleurs de Serpolet (1881), Rimes de Broche et d’Épée (1883), puis son œuvre la plus importante : Aux Champs (1886) , qui a été couronnée par l’Académie française, et dont un critique a dit : « Ce n’est pas un couchant : c’est un été vermeil qui nous promet encore bien des fleurs et bien des rayons. »

Les poésies de M. Paul Harel ont été éditées par Chérié, P. Ollendorff, Sauton et A. Lemerre.

a. l.