Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





GEORGES LEYGUES


1855




Georges Leygues, né à Villeneuve-sur-Lot, est maintenant député de Lot et Garonne, vivant d’entrer au Palais-Bourbon, il avait fait ses preuves de poète dans : Le Coffret brisé (1882) et La Lyre d’airain (1883), recueil couronné par l’Académie française. Il y a dans ce législateur un chercheur heureux de mots rares et de phrases à la fois très expressives et très musicales. Si par hasard le tumulte oratoire manquait parfois à ses discours et à ses rapports parlementaires, la précision et l’élégance du style, la conscience littéraire le feraient certainement remarquer.

Dans toute son œuvre M. Leygues ne s’est, semble-t-il, proposé pour objet que de plaire à la petite tribu des délicats. Même quand il chante en beaux vers dans La Lyre d’airain la patrie vaincue, il s’abstient de tout cri désordonné, de tout ce qui pourrait blesser l’oreille sensible d’un homme de goût. De l’émotion partout, mais rien qui détonne dans ses livres. Heureux qui sait respecter à ce point les bonnes lettres et la saine raison !

Les amis des choses exquises le deviennent fatalement des vers du député-poète.

Les œuvres de M. Georges Leygues ont été publiées chez Alphonse Lemerre.

E . Ledrain.