Page:Lenéru - La Triomphatrice.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17
la triomphatrice


Scène 2

Les mêmes, Flahaut.



Claude, présentant.

Jean Flahaut, l’auteur des Barbares, dernier prix Goncourt.


Mlle Haller, mouvement.

Ah ! par exemple, je suis bien contente… C’est très beau, Les Barbares.


Flahaut.

Vous les avez donc lus ?


Claude.

Flahaut, retenez le nom de Mlle Haller… Vous aimerez ce qu’elle écrit. Elle aura du talent comme vous et moi.


Flahaut, à la jeune fille.

Et elle s’y connaît, mademoiselle. C’est incroyable ce qu’il lui tombe de femmes tous les jours ici. Sous prétexte que Claude Bersier est une dame, elles se croient des droits à son patronage… eh bien, voilà la première fois que je la trouve comme ça avec une débutante.


Brémont, s’est introduit, va saluer Claude et Flahaut qui n’y font pas la moindre attention.

Bonjour cher maître. Tiens, c’est vous Flahaut ?


Mlle Haller.

Comme c’est gentil de me dire cela, moi qui la croyais surtout bonne.


Claude.

Bonne, moi ! Mais je ne veux pas être bonne, entendez-vous, je ne le veux pas. Rien n’est plus mauvais pour les autres. Ne dites jamais que je suis bonne !