Page:Lenoir-Rolland - Poèmes épars, 1916.djvu/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
13
NÉCROLOGIE

Quand il n’eût pas rencontré d’autres épreuves dans toute sa vie qui a eu ses difficultés, mais aussi ses satisfactions, cette dernière épreuve suffirait pour payer largement sa dette envers la souveraine justice ; nous pouvons dire, pour la consolation de ses amis et l’exemple de tous, qu’elle a été dignement et pieusement acceptée.


(Du Franco-Canadien)


La littérature canadienne vient de perdre un de ses plus beaux talents dans la personne de M. Lenoir, qu’une mort presque subite a arraché à sa famille, à l’âge peu avancé de 38 ans. Ses écrits sont trop bien connus de tous ceux qui, en Canada, s’occupent de littérature, pour qu’il soit nécessaire d’en faire l’éloge. Depuis douze ans et plus, ses gracieuses poésies ont constamment orné les différentes publications périodiques qui ont vu le jour dans ce pays, et n’ont pas peu contribué aux quelques succès qu’elles ont pu obtenir.

Au moment de sa mort M. Lenoir était un des rédacteurs du Journal de l’Instruction Publique, il laisse une veuve et plusieurs enfants.


(De l’Ordre)


C’est avec douleur que nous annonçons la mort de M. Joseph Lenoir, assistant-rédacteur du Journal de l’Instruction Publique et employé dans le Bureau de