Page:Lenoir-Rolland - Poèmes épars, 1916.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
41
AU TEXAS

1853
Au Texas
I


Savez-vous ce que c’est qu’un duel d’Amérique,
Délicats amateurs d’au-delà l’Atlantique,
  Qui tirez une arme avec art ?
Savez-vous qu’à vingt pas un coup de carabine
Atteint toujours le front auquel on le destine,
Que la balle jamais ne s’égare autre part ?

Or, le plus ferme doigt, crispé sur la détente,
Peut bien parfois faiblir, dans les moments d’attente
  Précédant le triple signal.
On touche un but ; c’est vrai : mais la rouge blessure
N’a pas assez de sang, pour laver une injure,
N’a pas assez tué le corps d’un dur rival !

Chez vous, au premier sang, toute haine est éteinte.
Un seul pas en avant, chez nous, est de la crainte,
  Flétrit le dernier des texiens.
S’il tombe, il lutte encore ou provoque du geste
Un adversaire intact, à la main forte et leste,
Qui l’achève en riant et le livre à ses chiens !