Page:Lenoir-Rolland - Poèmes épars, 1916.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
47
MISÈRE

1853

Misère

Méditez bien ceci, riches ! l’heure est venue

De donner une veste à la pauvreté nue,

À la faim, un pain noir…
Barthélémy.

Vous en doutez ! Eh bien ! elle vient, elle est forte !
Son pied heurte déjà le seuil de votre porte !
Dans tous les carrefours, elle vous tend les mains !
Une meute d’enfants, de femmes aux fronts blêmes,
Se drapant de haillons, promène ses emblèmes,
Et porte sa hideur sur tous les grands chemins !

Or, la faim, ce fléau de toute grande ville,
Plus terrible toujours qu’une guerre civile,
Nous promet, cette année, un surcroît de douleurs !
Les neiges de l’hiver rigoureux qui commence ;
Sont le moelleux tapis, où le squelette immense
Va s’ébattre au milieu des hontes et des pleurs !