Page:Leprohon - Antoinette de Mirecourt ou Mariage secret et chagrins cachés, 1881.djvu/323

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Mais franchement, je ne crois pas qu’elle l’aime; elle ne lui a jamais donné des preuves de préférence bien frappantes, et même je l’ai vue assise près de lui pendant toute une demi-heure et elle était aussi froide, aussi réservée qu’une statue.

— C’était peut-être un subterfuge. Dans tous les cas, elle vient de donner une preuve d’amour qui surpasse celui de la plupart des jeunes filles de nos jours.


Mais il est temps de laisser ce groupe pour suivre celle qui faisait l’objet de la discussion entre les trois militaires.