Page:Lermina - L’Énigme.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


puis le posa sur un meuble. Elle revint vers le cadavre, dont la tête, posée sur un oreiller, se détachait plus pâle que la toile qui lui servait de cadre. La physionomie prenait peu à peu cette rigidité marmoréenne qui est la beauté de la mort. Les traits, fermes, s’accentuaient plus vigoureusement, mais en même temps s’épandait sur eux comme une ombre de douleur et de bonté.

Ainsi le masque semblait refléter l’empreinte des désespoirs inconnus qui avaient mis l’arme de mort aux mains de cet honnête homme.

Tout à coup la comtesse s’écria, portant les mains à son front :

— Mon Dieu !… et son fils !…

Nul n’y avait encore songé. Ce mot résonna comme un glas de désolation. C’est qu’en effet tous savaient l’amour profond qui unissait ces deux hommes : chaque fois que le général passait à travers le village et qu’il causait avec quelque pay-