Page:Lermina - L’Énigme.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


san, deux noms revenaient sans cesse sur ses lèvres : celui de sa femme et celui de Georges, « mon bel officier ! » comme il l’appelait en souriant.

Et voici que tous n’avaient pas encore été frappés. Il restait encore un cœur à briser ; et comme si elle eût reçu d’avance le contre-coup de ce désespoir, la comtesse sanglotait, moins forte peut-être à soutenir la douleur d’autrui que la sienne propre.

Au même instant, et comme si le cri poussé par Marie eût été un signal attendu par la fatalité, le facteur rural parut sur le seuil de la porte ; il vit cette scène de mort et s’arrêta interdit. Un paysan lui dit quelques mots à voix basse ; alors l’homme retira sa casquette, puis dans sa sacoche il prit une lettre et la tendit à M. Maleret :

— C’était pour le général, dit-il.

La comtesse avait jeté les yeux sur l’enveloppe.