Page:Lermina - L’Énigme.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


jets du général, il n’avait pas hésité, on s’en souvient, à les approuver : pas un instant la jalousie, la crainte d’être moins aimé n’avait effleuré son cœur. Il s’était souvent préoccupé de cette solitude à laquelle ses devoirs de marin l’avaient contraint de condamner son père : il connaissait mieux que personne ce caractère qui, à toutes les énergies du soldat, joignait les faiblesses de l’homme ; il l’avait vu brisé par la mort de sa mère. Il savait qu’en perdant une compagne longtemps aimée, le général était resté comme un voyageur qui a perdu son chemin, se tourne inquiet aux quatre coins de l’horizon, ne sachant plus de quel côté il doit aller en avant, et quelquefois se laisse tomber sur la terre, découragé et abattu.

Bien que la force morale de M. de Morlaines eût triomphé de cette première crise, pourtant il était à redouter que l’ennui, le désœuvrement ne le minassent peu à peu. Marie Deltour était apparue tout à