Page:Les Jésuites de la maison professe de Paris en belle humeur, 1874.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Les Jésuites de la maison professe de Paris en belle humeur, Bandeau de début de chapitre


LES JÉSUITES

EN BELLE HUMEUR






I l seroit à souhaiter, dit saint Basile, pour ceux qui font des vœux, et qui veulent renoncer entièrement aux plaisirs sensibles du monde, de n’avoir aucun commerce avec les sens, ni même aucun sentiment des voluptés charnelles. Mais hélas ! quelques efforts que ces personnes fassent, l’homme se trouve toujours en l’homme, fût-il le plus parfait de tous ; aussi foible en un jour qu’en un autre, et sentant continuellement un penchant qui l’entraîne vers le péché à mort, théologique, philosophique, moral et véniel qui est le moindre de tous les péchés que les révérends pères jésuites caractérisent de la sorte, et qu’ils ne croiroient pas péché si la loi divine ne le faisoit connoître. Mais, pour